Association des personnes concernées par le tremblement essentiel

APTES INFO SERVICE
écoute, conseil, orientation
(prix d’un appel local)

contact@aptes.org

Comparaison de l’impact du rapport de densité crânienne avec d’autres caractéristiques crâniennes sur la thalamotomie par ultrasons focalisés guidée par résonance magnétique.  

 

Objectif: La thalamotomie par ultrasons focalisés guidés par résonance magnétique (MRgFUS) est devenue un traitement standard pour le tremblement essentiel (TE) médicalement réfractaire. Le crâne est une barrière importante pour l’échographie traversant le cerveau. Le crâne déforme les ondes ultrasonores, absorbe l’énergie conduisant au chauffage du crâne et atténue le faisceau d’ultrasons. Actuellement, un réseau phasé de jusqu’à 1024 transducteurs à ultrasons aide à corriger la distorsion du crâne et à concentrer le point chaud. Le rapport de la densité globale crânienne (SDR) et le volume crânien chez les patients atteints de TE sont actuellement considérés comme des indicateurs utiles de l’application réussie de MRgFUS. Ainsi des études antérieures ont suggéré qu’un DTS de ≥0,45 et un volume crânien de ≤330 cm3 étaient les conditions idéales pour un traitement réussi avec MRgFUS avec un besoin énergétique inférieur. Bien qu’un faible SDR (≤0,4) et grand volume crânien (≥330 cm3) ne soient pas des contre-indications à MRgFUS, une énergie plus élevée (pouvoir de sonication, durée et nombre de sonications) peut être nécessaire pour atteindre une température thérapeutique supérieure à 54 °C afin de créer une lésion thermique permanente .Cependant, le SDR ne prédit pas entièrement les paramètres de sonication qui seraient nécessaires ou les taux de réussite technique. Les auteurs ont cherché à évaluer d’autres paramètres crâniens qui peuvent également contribuer au succès technique.

Méthodes: Les auteurs ont étudié rétrospectivement des patients atteints de tremblement essentiel qui ont été traités par MRgFUS dans leur centre entre 2017 et 2021. Ils ont évalué la corrélation entre les différents paramètres de traitement, en particulier la puissance maximale et l’énergie délivrée, avec une gamme de mesures et de données démographiques à partir de profils crâniens de patients. Des algorithmes d’apprentissage automatique ont été appliqués afin de déterminer si les paramètres de sonication pouvaient être prédits à partir des seules mesures de densité du crâne et si l’inclusion de SDR de transducteurs locaux avec des SDR globaux augmenterait la précision du modèle.

Résultats : Au total, 62 patients ont été inclus dans l’étude. L’âge moyen était de 77,1 ± écart-type 9,2 ans et 78 % des traitements (49/63) ont été effectués chez des hommes. Le SDR moyen était de 0,51 ± écart-type 0,10. Parmi les paramètres évalués, le SDR et la puissance maximale utilisée dans le traitement sont significativement corrélés (relation linéaire parfaite avec pente négative, coefficient de corrélation Pearson, r = -0,626, p < 0,001, de même qu’avec l’énergie maximale délivrée, r = -0,680, p < 0,001. Les algorithmes d’apprentissage ont une capacité modérée à prédire la puissance et l’énergie maximale requise à partir des SDR locaux et globaux (précision d’environ 80 % pour la puissance maximale et d’environ 55 % pour l’énergie maximale), et une grande capacité à prédire la température maximale moyenne atteinte (précision d’environ 95 %).

Conclusions : Les auteurs ont comparé un certain nombre de mesures du crâne et montré que le SDR était l’un des meilleurs indicateurs des paramètres de traitement lorsqu’il était utilisé seul. En outre, un certain nombre d’autres algorithmes d’apprentissage peuvent être explorés pour améliorer sa précision. Des mesures supplémentaires liées à d’éventuels paramètres tels que le nombre moyen de sonications devraient également être identifiées et explorées.

Article original : Comparison of the impact of skull density ratio with alternative skull metrics on magnetic resonance-guided focused ultrasound thalamotomy for tremor Jason Yuen,  Abhinav GoyalTimothy J KaufmannLauren M JacksonKai J MillerBryan T Klassen ,Neha Dhawan , Kendall H Lee Vance T Lehman . J Neurosurg. 2022 Jul 1;138(1):50-57. Imprimé 2023 Jan 1.

 

Traduction Dr Nicole SARDA ancienne Directrice de Recherches INSERM-NeuroPsy

 

Partager sur les réseaux sociaux :

A lire également

ACTUS. APTES

Notre ligne d’écoute sera suspendue du 19 décembre au 9 janvier 2023 . L’équipe de bénévoles de APTES vous souhaite  d’excellentes fêtes de fin d’année!

Jennifer et Bernard souffrent de tremblements essentiels. Cela se traduit par des mouvements incontrôlables des mains. Cette maladie neurologique gâche la vie de 300 000 personnes en France. Ils vont tous les deux bénéficier d’interventions hors du commun au cœur de leur cerveau.

Précédent
Suivant
Mon choix
  • No products in the cart.