Ludivine, 32 ans, spirale de l’évitement social

Depuis au moins cinq années, je souffre de tremblements. Mon cas s’aggrave de jour en jour. Mes pires ennemis aujourd’hui sont les stylos, les tasses, les verres et les fourchettes… n’en parlons même pas. Du coup, je fuis les gens et je commence à avoir une sorte de phobie sociale. Ne ne sors plus de chez moi, j’ai honte, j’ai trop honte.

Partager sur les réseaux sociaux :