Une étude détaillée de la physiologie des voies auditives montre que le système nerveux central est impliqué dans le tremblement essentiel.

 

Le tremblement essentiel (TE) est une maladie neurodégénérative qui affecte le cervelet et ses connexions dans le tronc cérébral et le thalamus. En plus des troubles moteurs, des troubles de l’audition ont aussi été observés chez certains patients TE. Quelques études ont suggéré que ces troubles auditifs seraient dus à une atteinte de la cochlée, siège des cellules sensorielles dans l’oreille interne,  mais ces travaux n’ont pas évalué l’intégrité des voies auditives primaires. Afin de savoir si  ces voies présentent des troubles fonctionnels, Sengul et collaborateurs ont enregistrés les potentiels évoqués auditifs (PEA) dans leurs composantes précoces, moyennes et tardives (voir schéma). En réponse à une brève stimulation sonore (clic), les PEA sont recueillis au moyen d’électrodes externes posées sur le front et la partie inférieure de l’os temporal. Les PEA précoces se présentent sous forme d’une onde complexe avec 5 « pics » successifs dont on mesure l’amplitude et la latence moyenne à compter  de la stimulation sonore. Ils témoignent de l’activité des relais anatomiques du système auditif au niveau du tronc cérébral. Les composantes moyennes et tardives des PEA permettent d’évaluer la normalité du signal dans le thalamus et le cortex auditif cérébral.

L’étude a porté sur 16 patients TE et 16 sujets de sexe et d’âge moyen (64 ans) identiques. L’analyse des composantes précoces des PEA montre un allongement de la latence du pic V chez les patients TE (p = 0.02). L’analyse des composantes moyennes et tardives montre des différences entre patients et sujets contrôles pour les composantes Po(p = 0.03), Pa (p = 0.008), Na (p = 0.03) et Nb (p = 0.01). Onze patients TE et 4 sujets contrôles ont des valeurs anormales pour les PEA précoces ou pour les PEA moyens et tardifs voire pour les deux catégories de réponses (68.8% vs 25%, p = 0.01).

La durée des tremblements est plus longue chez les patients TE avec PEA anormaux précoces comme tardifs (p = 0.01). Un point important à souligner est l’allongement des latences du« pic » III des PEA précoces qui indique un trouble fonctionnel au niveau du complexe de l’olive supérieure (tronc cérébral). Ces résultats montrent, pour la première fois, un lien entre la pathologie du TE et la présence de troubles du système auditif au niveau cortical et sous-cortical.

Article original: Evidence of central involvement in essential tremor: a detailed study of auditory pathway physiology.

  1. Sengul, N. Bal, E.D. Louis.

J Neural Transm (Vienna) 2020, 127: 1153-1159.

Annexe: schéma

Traduction: Marie-Hélène Bassant, relecture Nicole Sarda, chercheurs ScienSAs’-INSERM-NeuroPsy.

 

Partager sur les réseaux sociaux :