David Grabli

Le tremblement essentiel est la pathologie du mouvement la plus fréquente mais reste paradoxalement méconnu. Les formes sévères, caractérisées par un tremblement d’action   de grande amplitude, peuvent limiter considérablement les gestes de la vie quotidienne et sont à l’origine d’un handicap parfois important en l’absence de traitement médicamenteux réellement efficace. Dans ce cas, la stimulation électrique à haute fréquence du relais thalamique des voies cérébelleuses (noyau ventral intermédiaire médian ou Vim) permet un bon contrôle du tremblement. Toutefois, chez certains patients stimulés, il existe une perte progressive d’efficacité, notamment pour le tremblement d’action et la stimulation se complique de troubles de l’équilibre. Selon certains, ces symptômes pourraient correspondre à un dysfonctionnement cérébelleux. Si la physiopathologie du tremblement essentiel est mal connue, de multiples arguments sont en faveur d’un rôle crucial du cervelet et de ses voies de sortie dans la genèse du tremblement. Toutefois, l’identification des signes cliniques classiques (telle que la dysmétrie) traduisant une atteinte cérébelleuse est délicate dans le tremblement essentiel en raison de l’interférence due au tremblement. L’étude des mouvements oculaires lors d’un paradigme d’adaptation de saccades permet théoriquement de  rechercher de manière fine une perturbation de la voie cérébello-thalamo-corticale. Cette méthode non invasive peut être appliquée de manière avantageuse pour rechercher une atteinte cérébelleuse dans le tremblement essentiel car la sortie oculomotrice est indemne de tremblement. Le programme de recherche que nous nous proposons de conduire a donc deux objectifs complémentaires :

– Rechercher, en utilisant l’étude des mouvements oculaires, des signes d’atteintes des voies cérébelleuses dans le tremblement essentiel et éventuellement, identifier plusieurs formes cliniques de tremblement essentiel selon la présence d’anomalies oculomotrices.
– Évaluer l’impact de la stimulation du Vim sur la fonction cérébelleuse dans le tremblement essentiel en comparant les performances en condition OFF et ON stimulation au paradigme d’adaptation des saccades.
L’étude sera conduite sur 30 patients atteints de tremblement essentiel (15 patients non opérés et 15 patients traités par stimulation thalamique) ainsi que sur 30 sujets témoins appariés pour l’âge.
Selon notre hypothèse, il devrait être possible d’identifier des anomalies du calibrage des saccades chez les patients atteints de tremblement essentiel et d’évaluer l’impact de la stimulation thalamique sur la fonction cérébelleuse. Cette recherche permettra donc sur le plan physiopathologique d’affiner les connaissances sur le rôle du cervelet dans le tremblement essentiel et d’un point de vue thérapeutique d’optimiser les paramètres et les indications de la stimulation cérébrale profonde.