Christine Tranchant

Contexte scientifique

Le tremblement essentiel est la cause la plus fréquente de tremblement chez l’adulte. Il est caractérisé par un tremblement bilatéral, postural et cinétique de 8 à 12 Hz, localisé aux membres supérieurs. Une transmission autosomique dominante à pénétrance variable est probable, mais aucun gène n’a pu être identifié à ce jour. Les mécanismes physiopathologiques sous-jacents sont méconnus, la réponse aux traitements pharmacologiques est variable, et cette affection peut être à l’origine d’un handicap important.

L’expérience clinique montre qu’il existe des phénotypes variables (antécédents familiaux, âge de survenue, localisation, réponse à l’alcool, réponse au traitement, signes cliniques associés…) dont on ne sait pas s’il s’agit de formes cliniques de tremblement essentiel ou d’entités différentes (tremblement dystonique, SWEDD…). Cette hypothèse est renforcée par les données des études neuropathologiques récemment publiées qui révèlent différents profils neuropathologiques.

Objectifs

Notre objectif principal consistera à proposer une évaluation systématique clinique, neurophysiologique et secondairement génétique de tous les patients atteints de tremblement postural (+/- cinétique et/ou de repos) dans le but de déterminer des sous-groupes phénotypiques, et d’entreprendre, dans un second temps, des analyses moléculaires pour tenter d’identifier le ou les gènes responsables de ces tremblements. Une meilleure caractérisation phénotypique permettra certainement d’améliorer la rentabilité des études génétiques. L’objectif secondaire de ce projet sera de déterminer s’il peut exister des facteurs prédictifs de réponse aux traitements pharmacologiques, permettant une prise en charge meilleure et plus rapide.

Patients et méthodes

Nous envisageons de recruter 100 patients provenant dans différents centres impliqués dans ce projet. La caractérisation des tremblements reposera sur un questionnaire et un examen clinique (antécédents familiaux de tremblement ou de maladie neurodégénérative, sensibilité à l’alcool, âge de survenue, localisations, signes associés…), des tests biologiques incluant un prélèvement sanguin destiné à la biobanque, un examen électrophysiologique (EMG), un enregistrement vidéo. Ces investigations seront toutes réalisées dans le cadre diagnostic de la maladie. Selon les cas, notamment en cas d’atypies, une IRM et un Datscan seront réalisés.

Résultats attendus et perspectives

Nous pensons pouvoir distinguer des sous-groupes phénotypiques qui permettront de mieux comprendre la variabilité des réponses au traitement, de déterminer d’éventuels facteurs prédictifs de cette réponse, et d’effectuer dans un second temps une caractérisation génétique. Une meilleure prise en charge des tremblements est essentielle pour améliorer le pronostic global, et éviter l’instauration d’un handicap fonctionnel très invalidant pour les patients.