Emmanuelle Apartis-Bourdieu

Le tremblement essentiel est une affection fréquente, invalidante, partiellement ou non contrôlée par les drogues. Le tremblement essentiel s’accompagne de processus  neurodégénératifs cérébelleux associés à une probable hyperactivité des voies de sortie cérébello-thalamiques. La stimulation magnétique trans-crânienne répétitive (rTMS) de fréquence inhibitrice (1Hz) du cervelet induit une amélioration durable du tremblement. Le cortex somatomoteur est impliqué dans les réseaux cérébraux qui entrent en oscillation au cours du tremblement essentiel. Le couplage des neurones cortico-spinaux commandant les muscles antagonistes extenseurs et fléchisseurs du poignet, par innervation réciproque intra-corticale et par interconnections thalamo-corticales, peut réaliser un mini-réseau oscillant puissant, dont l’activité rythmique est favorisée par l’augmentation de l’excitabilité membranaire. Compte-tenu de sa position anatomo-fonctionnelle, sur le circuit cérébello-thalamo-cortical impliqué dans la production du tremblement, ce réseau est susceptible de jouer un rôle d’amplificateur.

On dispose avec la stimulation trans-crânienne par courant direct (tDCS) d’un autre moyen non invasif de moduler de façon durable et efficace l’excitabilité des circuits neuronaux corticaux et des neurones corticospinaux. La tDCS a été évaluée récemment comme outil thérapeutique dans diverses pathologies neurologiques (dépression, accident vasculaire cérébral, épilepsie). Appliquée au niveau du cortex moteur primaire, la tDCS cathodale induit une diminution de l’excitabilité corticale en regard en modulant localement l’activité de certains canaux ioniques.

Nous essayerons ainsi, en utilisant la tDCS cathodale, d’inhiber l’oscillateur cortical et cérébello-thalamo-cortical mis en jeu dans le tremblement. La tDCS cathodale est d’utilisation très simple, peu coûteuse et d’une innocuité presque totale. Nous proposons de réaliser une étude exploratoire pilote, en double aveugle et contrôlée contre placebo, des effets bénéfiques attendus à court terme d’une séance unique de tDCS appliquée sur l’aire corticale motrice (M1) ou sur le cortex cérébelleux chez six patients ayant un tremblement essentiel. L’efficacité de la stimulation sera jugée, per-stimulation et au décours de celle-ci (à 10 et 60 minutes) par rapport à l’état pré-stimulation, cliniquement en évaluant l’amélioration des scores de tremblement (échelle de Fahn-Tolosa et Marin) et électrophysiologiquement (mesure de l’amplitude du pic de puissance (μV2) à la  fréquence dominante du tremblement, mesure de l’amplitude grâce à l’aide d’une tablette graphique lors d’un dessin de spirale à main levée). L’objectif secondaire sera d’évaluer les conséquences de ces stimulations sur la fonctionnalité du réseau cérébello-thalamo-cortical afin d’appréhender les mécanismes physiopathologiques impliqués dans la  genèse du tremblement essentiel. Dans cet objectif, différentes évaluations neurophysiologiques seront réalisées de manière pilote chez six sujets témoins volontaires sains, avant et après les stimulations par tDCS. L’excitabilité cortico-spinale sera mesurée par des impulsions simples de stimulation magnétique trans-crânienne (TMS) appliquées en regard du cortex moteur primaire après repérage par neuronavigation guidée par l’IRM cérébrale. L’inhibition réciproque corticale sera étudiée en couplant la TMS corticale à une stimulation périphérique. L’inhibition intra-corticale et la facilitation intra-corticale seront réalisées par des techniques de double choc classique.

Les trois protocoles de stimulations (tDCS cathodale en regard de M1, tDCS cathodale en regard du cortex cérébelleux, stimulation placebo) seront réalisés successivement à 1 semaine d’intervalle dans un ordre aléatoire. La démonstration d’effets bénéfiques en aigu permettrait d’envisager ultérieurement des protocoles de tDCS chroniques, dans le but d’obtenir un effet thérapeutique à long terme.