Revue de presse

2ème colloque scientifique francophone Tremblement essentiel et syndromes apparentés

Tremblement essentiel : des difficultés au quotidienlogo_ddm par La Dépêche

 

 

logo-adreaMieux faire connaître la maladie par la mutuelle Adréa

 

 

neuro_noirTremblement essentiel, résultats d’une enquête nationale par Neurologies

 

 

 

Viva presseViva – 13 janvier 2013

Tremblements : une maladie à part entière

« La cause la plus fréquente de tremblements est une affection neurologique et génétique qui a pour nom « tremblement essentiel ». Cette pathologie est trois fois plus répandue que la maladie de Parkinson. Pourtant, de nombreux patients vivent souvent de longues années sans diagnostic ».

Sandra Jégu présente tout d’abord la maladie, elle souligne que le tremblement essentiel touche 1 personne sur 200 soit plus de 300 000 personnes en France mais cette pathologie reste largement méconnue du grand public. Cette réalité conduit à une longue errance diagnostique de la maladie pour les personnes touchées par le tremblement essentiel.

La journaliste en santé explique que le tremblement essentiel est une maladie neurologique et génétique, il touche aussi bien les femmes que les hommes, il se manifeste par des tremblements qui apparaissent dans le mouvement et la posture. Elle cite Fabrice Barcq, président de l’association Aptes : « Tous les gestes de la vie quotidienne deviennent difficiles, voire impossibles, au fur et à mesure de l’évolution de la maladie ». 

Sandra Jégu cite plusieurs témoignages, notamment celui de Stéphanie, 36 ans, aujourd’hui hôtesse d’accueil dans l’Ain qui souffre de tremblement essentiel depuis toute petite. « À l’école, écrire au tableau, ce n’était même pas envisageable. Au travail, des clients me disaient qu’il fallait que j’arrête de boire », raconte celle-ci.

Elle aborde les recherches scientifiques en cours et elle précise que les dernières études scientifiques, notamment celles du professeur Elan D. Louis à New York, ont permis de mettre en évidence une dégénérescence de certaines cellules du cervelet.

 

Est_Republicain

L’Est républicain – 22 novembre 2012

Le tremblement essentiel

Marie-Hélène Vernier explique que le tremblement essentiel concerne 300 000 personnes en France, soit environ 3 à 4 fois plus que la maladie de Parkinson avec laquelle il est souvent confondu. Elle interroge le docteur Razvan Nicolaie Gospodaru, neurologue au CHU de Nancy. Celui-ci explique les caractéristiques du tremblement essentiel et l’impact de la maladie sur la vie quotidienne. Marie-Hélène Vernier souligne ainsi les situations de handicap liées au tremblement essentiel pour « saisir un verre d’eau, porter une cuillère à la bouche etc… ».

La journaliste cite encore le docteur Razvan Nicolaie Gospodaru qui explique : « À la différence du tremblement parkinsonien qui débute de manière plus aiguë, le tremblement essentiel apparaît de façon insidieuse », ce qui pourrait expliquer le retard du diagnostic porté sur ce tremblement selon le neurologue.

 

Le Télégramme

Télégramme de Brest – 5 novembre 2012

Aide aux patients atteints de tremblements

Le quotidien précise : « Se raser, se brosser les dents, se maquiller, mettre une clé dans la serrure, se nourrir, écrire, utiliser une carte bleue ou une souris… deviennent des gestes difficiles voire impossibles, lorsque l’on est atteint de tremblement essentiel. Cette maladie neurologique et génétique est la cause la plus fréquente de tremblements. Elle touche 1 personne sur 200 (autant de femmes que d’hommes), peut apparaître dès l’enfance et s’aggrave avec le temps. En France, elle touche plus de 300.000 personnes et sa fréquence peut dépasser les 6 % chez les seniors ». Le Télégramme de Brest souligne le travail de Aptes et notamment la publication de Aptes, le guide pratique du quotidien.

 

Faire face

Faire Face – 9 novembre 2012

Ne plus trembler face aux tremblements

Faire face, le magazine des personnes ayant un handicap moteur et de leur famille, consacre dans son numéro 713 de novembre 2012 un long dossier de trois pages aux tremblements et principalement au tremblement essentiel.

La journaliste décrit tout d’abord le tremblement d’un point de vue neurologique en utilisant la définition de Jules Déjérine et elle souligne que le tremblement est souvent « interprété, à tort, comme un signe de faiblesse, de nervosité, voire d’addiction et isole les [personnes] malades ». Elle souligne que le tremblement d’action qui se manifeste dans le tremblement essentiel est particulièrement invalidant car il entraîne des situations de handicap pour tous les gestes de la vie quotidienne. Elle cite ainsi le témoignage de Stéphanie, 36 ans dont la vie professionnelle a été totalement bouleversée par le tremblement essentiel.

L’article de Faire face présente ensuite les traitements médicamenteux et neurochirurgicaux actuellement utilisés et les espoirs suscités par de nouvelles techniques de stimulation. Il aborde aussi avec une grande justesse et une belle sensibilité la problématique du regard social sur le tremblement. Audrey Plessis cite l’expérience de Georges qui aujourd’hui ose des gestes autrefois impossibles en raison de l’anxiété sociale, en raison de la peur du jugement des autres sur la différence, sur le handicap, sur la maladie…

 

Santé magazine

Santé magazine – 9 octobre 2012

Vous tremblez ? Ce n’est pas forcément une maladie de Parkinson

Le mensuel explique que le tremblement essentiel est une pathologie fréquente car il touche 1 personne sur 200 et il différencie le tremblement essentiel qui intervient principalement dans l’action au tremblement de la maladie de Parkinson qui intervient principalement au repos. Santé magazine donne plusieurs conseils à ses lectrices et lecteurs : le tremblement est un symptôme neurologique et il convient de consulter un neurologue pour obtenir un diagnostic, il existe des aides techniques et des règles de vie qui permettent d’améliorer le quotidien pour vivre plus sereinement le handicap lié au tremblement essentiel.

 

Doctissimo

Doctissimo – 30 septembre 2012

Tremblement essentiel

La journaliste en santé Audrey Plessis souligne tout d’abord la fréquence de la maladie car le tremblement essentiel touche 1 personne sur 200 soit plus de 300 000 personnes en France. Elle précise que le tremblement essentiel peut démarrer dès l’enfance et que sa prévalence augmente avec l’âge car elle touche jusqu’à 6 % des seniors à partir de 65 ans.

Doctissimo insiste sur la nécessité de consulter un neurologue spécialiste des mouvements anormaux car le tremblement est un symptôme neurologique et Audrey Plessis rappelle l’errance diagnostique des personnes concernées par des tremblements en raison de l’image sociale du tremblement liée à l’émotivité ou aux dépendances aux toxiques (alcool, drogues).

Audrey Plessis détaille les traitements actuellement disponibles des médicaments symptomatiques aux options neurochirurgicales (stimulation cérébrale profonde, GammaKnife®) et elle aborde aussi les espoirs soulevés par les études pilotes de stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr) et de stimulation électrique transcrânienne à courant continu (tDCS) financées par Aptes.

La journaliste aborde aussi toutes les techniques pour adapter son quotidien au tremblement essentiel grâce aux aides techniques existantes répertoriées par Aptes mais aussi la nécessaire acceptation de la maladie afin de vivre le plus sereinement possible avec le tremblement essentiel.

Lire l’article

 

Science_et_Vie

Sciences et Vie – 30 septembre 2012

Une maladie neurologique se dévoile

Dans la rubrique Génétique, Science & vie consacre un article au tremblement essentiel dans son numéro 1141 du mois d’octobre 2012. Science & vie souligne que le tremblement essentiel engendre des situations de handicap dans la vie quotidienne et que la pathologie est malheureusement souvent confondue avec d’autres maladies neurodégénératives.

Le mensuel décrit les travaux des chercheurs de l’Université de Montréal, du CHU Sainte-Justine et du CHU de Montréal (Québec) qui ont annoncé avoir découvert un gène potentiellement impliqué dans la genèse du tremblement essentiel.

 

Est républicain L’Est républicain – 20 septembre 2012

Le tremblement essentiel

Dans son édition du 20 septembre 2012, l’Est républicain consacre un article au tremblement essentiel en commençant par ces mots : « Trembler en se rasant, en se lavant les dents, en laçant ses chaussures : c’est ce que vivent 300 000 Français atteints du tremblement essentiel, une maladie neurologique fréquente mais largement méconnue ». Le journal cite ensuite le docteur David Grabli en soulignant que le parcours des personnes touchées par le tremblement essentiel relève du « parcours du combattant » car le tremblement garde une image sociale connotée : « On pense d’abord à l’alcool, aux drogues, à l’anxiété ou à l’âge ». L’Est républicain rappelle que le tremblement est un symptôme neurologique et doit être examiné par un neurologue spécialiste des mouvements anormaux afin d’établir un diagnostic.

 

Le TélégrammeLe Télégramme – 18 septembre 2012

Tremblement essentiel : la piste génétique se confirme

Des chercheurs de l’Université de Montréal, du CHU Sainte-Justine et du CHU de Montréal (Québec) ont annoncé le 2 août 2012 avoir découvert un gène potentiellement impliqué dans la genèse du tremblement essentiel. Le docteur Guy Rouleau et son équipe viennent de publier l’information dans la revue scientifique The American Journal of Human Genetics. Ce gène appelé FUS (Fused in Sarcoma) est aussi impliqué dans une autre maladie neurologique provoquant des mouvements anormaux, la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Le Télégramme s’en fait l’écho et présente aussi la pathologie et ses répercussions motrices et sociales.

Lire  l’article

 

Le Nouvel Observateur Le Nouvel Observateur – 17 septembre 2012

Tremblement essentiel : Qu’est-ce que le tremblement essentiel ?

Le Nouvel Observateur dans sa chronique Pourquoi Docteur ? publie un article complet sur le tremblement essentiel intitulé Tremblement essentiel : Qu’est-ce que le tremblement essentiel ?. Le Nouvel Observateur précise tout d’abord que 300 000 personnes en France sont touchées par cette pathologie et il spécifie aussi que 16 000 personnes sont touchées avant 40 ans, ce que peu de médias rappellent. De même, Le Nouvel Observateur décrit les symptômes mais aussi toute la topographie possible du tremblement (mains, bras, tête, jambes, voix) et il relate avec beaucoup d’intelligence les différentes situations de handicap possibles, handicap moteur mais aussi handicap social. Il explique également les causes génétiques du tremblement essentiel, le parcours de soins des personnes malades et les traitements actuellement disponibles.

Lire l’article

 

Le ParisienLe Parisien – 12 septembre 2012

Le tremblement essentiel, une maladie fréquente en mal de reconnaissance

« Le diagnostic de cette maladie pour laquelle existent encore peu de traitements efficaces relève souvent “du parcours du combattant”, souligne le docteur David Grabli, neurologue à la Pitié-Salpêtrière, qui reconnaît que les médecins généralistes pensent rarement au tremblement essentiel » souligne le Parisien ce mercredi 12 septembre 2012 pour aborder le tremblement essentiel dans un article « Le tremblement essentiel, une maladie fréquente en mal de reconnaissance ».

Le Parisien décrit les symptômes de la maladie, les tremblements dans l’action perturbant tous les gestes de la vie quotidienne pour se laver, s’habiller, boire, manger, écrire… Il souligne la faible efficacité des traitements médicamenteux et aborde la stimulation cérébrale profonde. Il termine cet article par une description des progrès scientifiques et en particulier des techniques de stimulation magnétique ou électrique transcrânienne qui offrent un espoir aux 300 000 personnes touchées en France par cette pathologie fréquente.

Lire l’article

 

TV5 mondeTV5 monde – 12 septembre 2012

Le tremblement essentiel, une maladie fréquente en mal de reconnaissance

« Fabrice Barcq, le vice-président de l’Association des personnes concernées par le tremblement essentiel (Aptes), souligne (…) le caractère invalidant de la maladie. “Tous les gestes de la vie quotidienne deviennent progressivement difficiles voire impossibles” a-t-il indiqué mardi lors d’une conférence de presse à Paris destinée à faire le point sur cette maladie » a repris TV5 monde dans un article « Le tremblement essentiel, une maladie fréquente en mal de reconnaissance ». TV5 monde y décrit le tremblement essentiel, ses symptômes, ses traitements et aussi la recherche scientifique notamment dans le domaine thérapeutique.

Lire l’article

 

RTLRTL – 12 septembre 2012

 

Trembler en se rasant, en se lavant les dents, en laçant ses chaussures : une vraie maladie

« Trembler en se rasant, en se lavant les dents, en laçant ses chaussures, en écrivant ou en utilisant une carte bleue : c’est ce que vivent 300 000 Français atteints du tremblement essentiel, une maladie neurologique fréquente mais largement méconnue ». RTL a commencé par ces mots son article « Trembler en se rasant, en se lavant les dents, en laçant ses chaussures : une vraie maladie ». RTL décrit la pathologie du tremblement essentiel en soulignant : « Ce n’est pas les nerfs » et en alertant les médecins généralistes sur cette maladie neurologique. À l’attention du grand public, RTL décrit les situations de handicap vécues au quotidien par les personnes concernées par le tremblement essentiel et les traitements actuellement disponibles.

Lire l’article

 

 TF1 newsTF1 news – 12 septembre 2012

Le tremblement essentiel, un trouble mal identifié

« Ni Parkinson, ni trouble de l’anxiété, le tremblement essentiel est une maladie neurologique fréquente mais méconnue. Aucun traitement efficace n’existe et les médecins peinent à la diagnostiquer », ce sont par ces mots que TF1 news a présenté le mercredi 12 septembre 2012, le tremblement essentiel.

TF1 news rappelle que le tremblement essentiel est une maladie neurologique fréquente qui touche 300 000 personnes en France et le média cite tous les situations de la vie quotidienne dans lesquelles le tremblement essentiel génère un handicap.

TF1 news insiste sur le problème de l’accès au diagnostic puisque seuls les neurologues spécialistes des mouvements anormaux peuvent établir ce diagnostic après un examen clinique approfondi en l’absence de marqueurs spécifiques. Et l’image sociale du tremblement, liée soit à une addiction, soit à l’anxiété, soit à l’âge pose un problème d’accès au diagnostic.

TF1 news résume : le tremblement essentiel « est principalement d’origine familial, touche autant les hommes que les femmes et peut apparaître dès l’enfance. Néanmoins, c’est généralement entre 55 et 65 ans que les symptômes apparaissent avec un taux de prévalence atteignant entre 2,3 % et 14,3 % selon les pays après 60 ans ».

TF1 news rappelle aussi les espoirs des personnes concernées par le tremblement essentiel dans les progrès de la recherche scientifique : « Des équipes françaises expérimentent actuellement les stimulations magnétique ou électrique transcrâniennes pour modifier l’activité cérébrale, précise Emmanuelle Apartis, neurologue à l’hôpital Saint Antoine à Paris ».

Lire l’article

 

Le PointLe Point – 12 septembre 2012

Vous tremblez ? C’est peut-être une maladie neurologique

Anne Jeanblanc publie dans sa chronique À votre santé un article « Vous tremblez ? C’est peut-être une maladie neurologique » avec le sous-titre « Le tremblement essentiel est une affection parfois extrêmement handicapante, difficile à traiter et trop mal connue des médecins ».

La journaliste souligne que le tremblement essentiel touche 300 000 personnes en France et entraîne des situations de handicap au quotidien pour se laver, s’habiller etc. Elle explique les causes génétiques de la pathologie et son évolution. Elle souligne surtout la parution de « Aptes, le guide pratique du quotidien » publié par l’association Aptes.

Lire l’article

 

AFPAFP – 12 septembre 2012

 

 

Le tremblement essentiel, une maladie fréquente en mal de reconnaissance

La journaliste Élisabeth Zingg de l’Agence France presse (AFP) a publié ce matin, mercredi 12 septembre 2012, une dépêche intitulée « Le tremblement essentiel, une maladie fréquente en mal de reconnaissance ».

Elle y décrit le tremblement essentiel et elle insiste sur les situations de handicap vécues au quotidien par 300 000 Français. Elle rappelle les propos du docteur David Grabli qui avait expliqué que le tremblement essentiel cultive de nombreux paradoxes : c’est une maladie fréquente mais elle reste méconnue du grand public, elle touche plusieurs centaines de milliers de Français mais elle reste sous-diagnostiquée, c’est une maladie réputée bénéficier de traitement symptomatique mais elle n’a aucun traitement spécifique. Élisabeth Zingg rappelle à cet égard deux paroles du docteur David Grabli, le parcours de soins des personnes malades relève du « parcours du combattant » car malheureusement le tremblement est rarement perçu comme un symptôme neurologique : « On pense d’abord à l’alcool, aux drogues, à l’anxiété ou à l’âge ».

La journaliste Élisabeth Zingg cite également Fabrice Barcq, vice-président de Aptes qui a témoigné du handicap fonctionnel du tremblement essentiel : «Tous les gestes de la vie quotidienne deviennent progressivement difficiles voire impossibles ». Elle présente les traitements actuellement utilisés pour le tremblement essentiel, leur faible efficacité et leurs effets secondaires. Elle se fait l’écho des expérimentations actuelles au sein de la recherche française vers de nouveaux outils thérapeutiques notamment par stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr) et elle cite le professeur Emmanuelle Apartis de l’hôpital Saint-Antoine à Paris.

Cette dépêche de l’AFP a été reprise entre autres par France 24La Dépêche.frCanoé.caRTL.be pour ellePasseport santé.netSanté médecine.netNotre tempsRomandie.comTahiti infosMédisiteNordNetLe Bien public pour ellesRelaxnews (dépêche accessible aux seuls abonnés), La Provence.comLe ParisienInfo-live.comInfosciences

Lire l’article

 

Le Quotidien du médecinLe Quotidien du médecin – 31 août 2012

 

Le gène teneurin-4 impliqué dans les tremblements essentiels

Le Quotidien du médecin se fait l’écho des travaux de recherche menés par l’équipe du professeur Kiharu Suzuki de la Tokyo Medical and Dental University qui ont récemment mis en évidence une des origines génétiques du tremblement essentiel. Ces travaux ont été publiés dans l’édition du mois d’août du Journal of Neuroscience. Aptes.org avait annoncé la publication de cette étude dans ses actualités.

L’étude réalisée par les chercheurs de la Tokyo Medical and Dental University a consisté à étudier le système nerveux central ainsi que le patrimoine génétique de souris présentant un tremblement essentiel au niveau des membres inférieurs. Ils ont alors constaté une mutation au niveau du gène teneurin-4 codant pour une protéine transmembranaire impliquée notamment dans la croissance et le développement des neurites, prolongement du corps cellulaire d’un neurone sous la forme d’axone ou de dendrite. Le long des axones, une très faible quantité de myéline a également été observée. Cette dernière assure généralement une protection et une isolation efficace des fibres nerveuses.

À la suite de ces résultats, les scientifiques ont alors créé des souris génétiquement modifiées dépourvues du gène teneurin-4. La production de myéline autour des axones a alors été fortement inhibée. La myéline assurant habituellement une protection et une isolation efficace des fibres nerveuses, son absence a ainsi entraîné le tremblement essentiel constaté sur les souris.

Lire l’article

 

Allô docteursAllô docteurs – 14 août 2012

Un gène pour le tremblement essentiel

Des chercheurs de l’Université de Montréal, du CHU Sainte-Justine et du CHU de Montréal (Québec) ont annoncé avoir découvert un gène potentiellement impliqué dans la genèse du tremblement essentiel. Le docteur Guy Rouleau et son équipe viennent de publier l’information dans la revue scientifique The American Journal of Human Genetics. Ce gène appelé FUS (Fused in Sarcoma) est aussi impliqué dans une autre maladie neurologique provoquant des mouvements anormaux, la sclérose latérale amyotrophique (SLA).

Le docteur Nancy Merner a travaillé dans le laboratoire du docteur Guy Rouleau et elle remarque : « Il y avait à la fois une abondance de familles avec un tremblement essentiel et une révolution des technologies de séquençage capable de faciliter la recherche de gènes ; une excellente occasion d’identifier un tout premier gène capable d’expliquer des cas de [tremblement essentiel]. En guise de démonstration de principe, nous avons identifié une famille typique et examiné l’ensemble des gènes chez des individus clés qui étaient affectés dans cette famille. Cette approche simple a permis de contourner les obstacles cliniques qui avaient nui aux tentatives antérieures visant à identifier des gènes causant le [tremblement essentiel] ».

Selon le docteur Guy Rouleau, « cette découverte représente la première information génétique permettant de cerner le mécanisme pathologique causant le [tremblement essentiel], ce qui sera bénéfique pour le diagnostic et l’élaboration de futurs médicaments. La transition vers un diagnostic génétique permettra un jour de réduire les erreurs de diagnostic du [tremblement essentiel], se produisant dans 37 à 50 % des cas de [tremblement essentiel] ». Le docteur Patrick Dion ajoute : « Notre étude représente une approche stratégique qui est déjà utilisé pour l’identification d’autres gènes causant le [tremblement essentiel]. Il est donc fort possible que ces différents gènes affectent une voie commune menant à la dégénération des régions du cerveau qui sont affectées dans les cas de [tremblement essentiel] ».

Le docteur Guy Rouleau, M.D., Ph. D., est professeur, Faculté de médecine, Université de Montréal, directeur du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, chercheur au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal.

L’abstract de cette étude peut être consulté sur le site de The American Journal of Human Genetics

Cette information annoncée par communiqué de presse sur le site de l’Université de Montréal a été reprise par Allô docteurs.

Lire l’article

 

Le FigaroLe Figaro – 13 août 2012

Tremblement « essentiel » : la piste génétique se confirme

Le Figaro a publié un nouvel article cette année d’une demi-page à l’occasion de la découverte génétique d’un gène potentiellement impliqué dans certaines formes familiales de tremblement essentiel (voir plus loin). Le journaliste, Kevin Lamothe, débute son article par la phrase : « Ce trouble moteur, à ne pas confondre avec la maladie de Parkinson, touche plusieurs centaines de milliers de Français ». Il décrit le tremblement essentiel et souligne : « Si nouer vos lacets, écrire, parler ou même tenir un verre d’eau vous est difficile, ce n’est pas nécessairement la maladie de Parkinson qui vous guette, mais bien le tremblement essentiel (…). Premier trouble moteur chez l’adulte, le [tremblement essentiel] concernerait entre 300 000 et 600 000 personnes en France ». L’article conclut sur un constat du professeur Jean-Philippe Azulay : « Encore faut-il que les malades viennent consulter. Beaucoup n’osent pas, de peur que leur tremblement soit associé par exemple à un alcoolisme avancé ».

Lire l’article

 

Santé pratiqueSanté pratique – 20 juin 2012

Santé pratique, le site de la relation médecin – patient,  annonce aujourd’hui le lancement du site de Aptes et souligne qu’il s’agit du « seul et unique portail francophone sur le tremblement essentiel, maladie neurologique qui touche 1 personne sur  200 soit 300 000 Français ».

Santé pratique est un site d’information médicale destiné à approfondir ses connaissances sur les maladies et le monde de la santé en général. Le contenu, rédigé par des professionnels de la santé ainsi que les vidéos explicatives en 3D, permet de préparer et d’illustrer les consultations chez son médecin.

Lire l’article

 

24hSanté24hSanté – 19 juin 2012

Le tremblement essentiel : maladie neurologique et génétique

« Le « tremblement essentiel » est une maladie neurologique et génétique. C’est la cause la plus fréquente de tremblements. Elle touche 1 personne sur 200 ». En rappelant à plusieurs reprises la fréquence de cette maladie, 24hSanté salue la naissance sur le web d’un site encyclopédique sur le tremblement essentiel et les situations de handicap liées à cette pathologie.

Lire l’article

 

Viva presseViva presse – 2 juin 2012

 

 

Un site Internet dédié aux tremblements essentiels

Viva presse a consacré un article à la réalisation du nouveau site Internet de Aptes dans lequel les journalistes Marie-Hélène Graziani et Anaïs Poulet décrivent le tremblement essentiel et les répercussions de la maladie sur la vie quotidienne.

«  Le site doit informer les gens et rassurer un peu les malades. Qu’ils voient qu’ils ne sont pas seuls, avance Gilbert Tibolla, délégué de l’Aptes en Région Paca, lui-même atteint depuis trente-trois ans par cette maladie neurogénétique évolutive. Les internautes trouveront de nombreux conseils pour vivre le mieux possible au quotidien avec ces tremblements, qui se manifestent lorsque l’on effectue une contraction musculaire volontaire et sont souvent, à tort, associés à la maladie de Parkinson. » écrivent-elles.

Les deux journalistes présentent également les services de Aptes et notamment sa ligne d’écoute Aptes info service 0 970 407 536.

Lire l’article

 

Le FigaroLe Figaro – 16 avril 2012

Tremblements : trop peu de personnes consultent

C’est sur ce constat que le docteur Nathalie Szapiro-Manoukian consacre une page au tremblement essentiel dans le journal Le Figaro. « Étant donné que beaucoup de personnes gênées par un tremblement n’ont pas le réflexe de consulter pour ce motif, le nombre de Français touchés par ce phénomène est mal connu : «On estime que 300.000 à 600.000 personnes seraient concernées à des degrés divers, certains étant vraiment handicapés, y compris pour des gestes aussi courants que boire ou manger», souligne le Pr Azulay (CHU Marseille) ». Le docteur Nathalie Szapiro-Manoukian a interviewé de nombreux neurologues spécialistes des mouvements anormaux pour présenter le tremblement essentiel et la stimulation cérébrale profonde, acte neurochirurgical permettant l’implantation d’électrodes de stimulation dans le cerveau afin d’atténuer les symptômes. Le travail du docteur Nathalie Szapiro-Manoukian est repris sur le site Internet du Figaro dans plusieurs pages :

Tremblements : trop peu de personnes consultent

Tremblements : des traitements existent

Les différentes origines des tremblements

Tremblements : Qu’est ce que c’est ?

Tremblements : Quels traitements ?

 

TF1TF1 – 31 janvier 2012

 

 

Docteur Rafto : dans les coulisses de la neurochirurgie, 2ème partie

« Nous avons tous franchi les portes d’un hôpital. Au détour d’un couloir, on y croise la vie ou la mort. On y croise aussi le regard de ceux qui luttent pour gagner du temps. Pour ceux-là, le médecin n’est plus un « simple » professionnel mais celui qui tente de repousser les limites de la douleur ou les sauve de la mort. Le docteur Christian Raftopoulos dirige le service de neurochirurgie des cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles. Dans le milieu médical, il fait figure, avec d’autres, de sommité internationale. (…) Demain, le docteur Rafto doit soigner Juliana, une femme d’une soixantaine d’année atteinte de ce qu’on appelle des « tremblements essentiels » qui l’empêche de poser un geste précis et lui gâche littéralement la vie. »

Voir l’émission

 

TV magazineTV Magazine – 26 août 2011

 

 

Quand les mains et la tête tremblent. Une maladie qui touche plus de 300 000 personnes.

« Le tremblement essentiel est une affection héréditaire fréquente pour laquelle il n’existe pas de traitement curatif efficace… (…) Pour obtenir davantage d’informations, vous pouvez visiter son site Internet : www.aptes.org »

 

revue du praticienLa Revue du praticien – juin 2011

 

Tu trembles, carcasse ?

« 300 000 personnes en France auraient un tremblement essentiel, maladie d’origine héréditaire, 3 à 4 fois plus fréquente que le Parkinson. Lors de la Journée Nationale contre les Maladies Orphelines, l’Association des Personnes concernées (APTES) a fait le point sur cette pathologie (…). »